mardi 4 avril 2017

LE MODELE DISCRET.

Il y a des gens, sans qu'on puisse expliquer pourquoi, inspire à leur entourage un sentiment instinctif de respect. On a envie de leur parler, mais on n'ose pas faire le premier pas. La jeune femme qui vient poser pour nous ce jour là fait partie de ces gens.
A première vue, on ne peut pas dire qu'elle soit belle. Sa beauté vient, sans s'annoncer, seulement après. Plutôt forte, de grand taille. Un visage disons ordinaire. Soigneusement coiffée, mais juste un peu de teinte sur les joues, un peu de rouge sur les lèvres.
Dès son arrivée, elle traverse l'atelier d'un pas ferme, en disant un petit bonjour à la salle, pour se mettre derrière le rideau se changer. Elle en sort et monte maladroitement sur le plateau. Elle prend elle-même une pose discrète, naturelle, se cachant au mieux, et reste là, tranquille, les yeux dans le vague. Nos sculptons, avec la terre chamottée. Certains dessinent. Quand quelqu'un vient tourner le plateau pour changer de vue, elle ne bouge pas, ne dit rien. Pendant la pause, elle va dans un coin de l'atelier, sort un paquet de biscuit de son sac, puis grignote tranquillement. Quand quelqu'un lui sourit, elle sourit gentiment, sans plus.

Les modèles sont payés, bien sûr. Mais le professeur pose toujours une petite boite dans un coin de la salle pour que chacun, s'il le veut, puisse y mettre quelques pièces, ou un billet, pour le modèle. Il pose la boite au début de chaque cours, sans dire un mot. C'est très discret, mais le geste est répété exprès à chaque séance à la vue de tous, comme une sorte de rappel. En plus, les élèves ne sont pas les mêmes à chaque fois. Le modèle fait semblant de ne rien voir, mais chaque fois que quelqu'un vient poser quelque chose dans la boite, lui tournant le dos en se cachant derrière les autres, je sens son visage se crisper légèrement, exprimant une grande tristesse. A la fin de la séance, le professeur vient, d'un pas léger, chercher la boite, puis disparaît la mettre derrière le rideau.
A la fin du cours, le modèle se lève, va s'habiller derrière le rideau, puis prend son sac, et disparaît, en disant un bonjour sonore à la salle, sans s'adresser à quelqu'un de particulier. La salle lui sourit, garde le silence. 
Le modèle ne veut pas dialoguer, mais très sincèrement, il n'y a aucune animosité dans son comportement. On la trouve douce, gentille. En son absence, on parle d'elle avec respect et sympathie. On sait qu'elle n'a pas l'habitude de poser. Elle a l'air désolée d'avoir pris tant de notre temps et de ne pas pouvoir nous offrir plus de ce qu'elle a.
Le professeur dit : « Elle n'a rien de particulier. Mais je l'ai choisie pour cela, justement. Elle est elle, humaine et unique. Personne ne lui ressemble. La chose qu'on vous demande est d'exprimer cette unicité que vous ne ressentez qu'avec elle. Si vous la sentez seule ou triste ou absente, exprimez votre idée! ».
Mais comment, cela le professeur n'a pas dit !


24 commentaires:

  1. Je trouve cette note très humaine et très émouvante. Souvent on se demande ce que pensent les modèles, ce qu'elles pensent de nous pendant qu'on les photographie ou qu'on les peint. J'aime beaucoup que tu essaies d'apporter un élément de réponse...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que les modèles et nous peuvent se parler et se comprendre très aisément. Mais dans l'atelier, le rapport est délicat, et je suis attentif à l'attitude des uns et des autres.

      Supprimer
  2. Le professeur ne l'a pas dit .....mais tu as su trouver et dessiner ce que cette femme est exactement pour toi , ce qu'elle t'inspire.
    Je me souviens d'un cours de modèle vivant où le professeur m'a dit, aujourd'hui, Chinou , l'intervenant est pour toi, pour que tu apprennes à dessiner les muscles. Il s'agissait en effet d'un homme , maçon de métier (ceci explique cela) avec une musculature impressionnante mais hélas un peu trop enrobée. L'homme devait peser 120kgs!
    Le tout est de faire comme tu nous montres ici : aller à l'essentiel et dessiner ce que dégage le modèle .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tu as vécu ce que j'essaie de décrire. On se sent impliqué, intérieurement, quand on dessine quelqu'un.

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Merci pour lui, Aloysia ! Bonne soirée à toi.

      Supprimer
  4. Bonsoir Binh An, j'aime beaucoup ton billet et je trouve que ton dessin représente bien cette personne avec son air triste. Bravo. Cela ne doit pas être toujours évident.
    C'est un bon professeur.
    Douce soirée et mes bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le prof est quelqu'un de délicat. Dans certaines situations, le tact est indispensable. D'autre part, il faut être réaliste.

      Supprimer
  5. Tu l'as bien exprimé dans ton dessin et ton texte. Bravo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Cléo! Tu es gentille. Juste un petit partage avec vous...

      Supprimer
  6. Oui, ton billet et magnifique et ton dessin est à la hauteur de ce billet !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Cécile. Je suis allé chez toi, mais je me perds un peu. Le monde Google + est trop grand!

      Supprimer
  7. Voici un billet bien émouvant, tout en discrétion et sensibilité. Ton dessin en est la parfaite illustration.

    RépondreSupprimer
  8. Ton mot est un grand encouragement pour moi! Bonne soirée, Cathy !

    RépondreSupprimer
  9. Et bien, non seulement tu arrives à faire passer des émotions en dessinant ou en peignant mais en plus, tu arrives aussi, avec tes mots, à nous mettre dans l'ambiance feutrée de la salle de classe. Cette dame modèle, tu la décris avec pudeur et empathie. Et tu nous fais partager ce qu'elle peut ressentir, face à des artistes en herbe. Merci l'artiste pour tout cela et pour ce très beau billet tout en empathie et retenue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dédé, je te lis ce matin et ton mot me fait chaud au coeur.

      Supprimer
  10. Ton billet est touchant car voilà que dans cet être immobile et muet, il y a toute une vie, des pensées, de la tristesse, des soucis et je l'espère aussi de grandes joies, qui ne s'impriment pas sur son visage ou sa personnalité apparente, mais la rendent unique et habillée de cette banalité extérieure. Mais dedans, elle est... elle!

    RépondreSupprimer
  11. Edmée, c'est dans le silence que les esprits vagabondent, se communiquent et se comprennent ! :-)
    Elle n'est plus venue, ses difficultés matérielles sont passées, j'imagine !

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour, Binh An !
    Il faut d'abord signaler un fait très important : vous êtes très admiratif parce que romantique. Vous avez aussi l'esprit de discernement , donc très attentif. Voilà, il reste sûrement d'autres qualités que j'ignore (sourire).
    Le modèle a son caractère à elle. Difficile de deviner le fond de sa personnalité.
    Bonne soirée et merci pour toutes ces richesses philosophiques et culturelles que vous nous proposer de temps en temps.
    Tahar

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Yettou!
      C'est vrai: le modèle a son monde dans lequel elle vit. Je livre simplement mes pensées, admiratives et amicales. Bonne journée à vous,
      An

      Supprimer
  13. Un corps, quel qu'il soit, c'est toujours la vie qui s'incarne. Une histoire, des sentiments, des joies, des souvenirs...

    Tu es très attentif, et très attentionné.

    Le professeur est là pour te donner des outils (c'est la technique) et des pistes (c'est la réflexion). Le reste, c'est la création; ça ne s'apprend pas, ça se découvre, me semble-t-il.

    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai gardé un émouvant souvenir de cette période d'apprentissage!
      Bises, La Baladine
      A bientôt

      Supprimer
  14. En te lisant j'ai éprouvé une immense amitié pour elle, et en regardant ton dessin, c'est presque de l'amour pour cette dame.
    Merci de nous faire aimer une personne qui, comme la majorité d'entre nous, n'a rien de spécial.
    Bonne semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Colo, tu es une dame de grand coeur ! Comment ça se dit en espagnol ?
      Bonne semaine à toi !

      Supprimer