vendredi 7 avril 2017

LE MESSAGE DE DANH VO.

Il y a quelques années, le célèbre Musée d'Art Moderne de la ville de Paris exposait les œuvres du jeune artiste américain Keith Haring. Je suis allé au musée avec l'idée d'écrire un article sur Haring pour mon blog en vietnamien.

Voici une grande photo s'étalant sur tout le mur à l'entrée du musée. Le jeune homme avec une grande brosse et des pots de peinture est Haring lui-même.


Regardant le long du mur, mon œil fut attiré par un panneau au fond, peint en rouge, avec une ouverture vers la gauche. Me rapprochant du panneau, je vis un escalier, une flèche montante et une modeste inscription :
DANH VO
Go Mo Ni Ma Da

DANH VO n'est pas du français, ni de l'anglais, ni de l'italien, ni de l'espagnol ! La surprise est que DANH VO a un sens … en vietnamien ! DANH veut dire NOM et VO veut dire NON, la négation.
Vo Danh, écrit dans cet ordre, veut dire : Inconnu. Ceci dit, quid de « Go Mo Ni Ma Da » ?  Ce n'est pas du vietnamien ! Cela doit être une transcription phonétique en caractères romains d'une phrase dans une langue asiatique. Du japonais, cambodgien, laotien, malaisien?
Il faut monter voir !

A l'étage, je me suis trouvé devant une grande salle en L, avec plusieurs sculptures en bronze, de grande taille, sagement disposées, mais dont le sens m'échappait complètement. Sculptures modernes, d'accord, mais c'est quoi ?


Le fait le plus stupéfiant est, qu'à part les deux surveillants de la salle, il n'y avait aucun visiteur, en contraste flagrant avec ce qui se passait en bas, où la foule s'impatientait devant la caisse!
Les deux surveillants, sortis de leur somnolence par mon arrivée, me souriaient, reconnaissants. Soudain on vit surgir deux jeunes filles du fond de la salle, côté droit. Les deux se parlaient à voix basse, en étouffant leur petits rires. A l'évidence, comme moi, elles ne comprenaient rien à ces sculptures.




Je me dépêcha de trouver les documents du musée. Mais les documents étaient trop succincts. Je retourna à la maison chercher des renseignements sur Google. Et j'ai fait une grande découverte !

DANH VO est en fait un artiste très connu. Son nom complet est (avec les accents) Võ Trung Kỳ Danh. Né à Bà Rịa, au sud Vietnam, en 1975, l'année de la fin de la guerre et du début de l'exode des vietnamiens fuyant les communistes. En 1979, son père a pu construire un petit bateau, et toute la famille prit le large avec l'espoir de passer par la Thaïlande pour se réfugier aux Etats-Unis. Le sort a voulu que c'était le Danemark qui l'avait accueillie.
Danh Vo a suivi les études au Danemark. Il devait être très doué. Toujours est t-il qu'en 2009, il a reçu une bourse de la Fondation Kadist pour poursuivre les études artistiques en France. Danh Vo devait apprendre rapidement. Ses créations sont exposées et vite remarquées. Il a été invité à de nombreuses grandes galeries et musées dans plusieurs pays.

Comme Danh Vo a vécu ses premières années juste après la guerre au Vietnam, puis les misères des boat people, des années difficiles au Danemark où ses parents devaient tout reconstruire, ses créations artistiques portent lourdement la marque des souffrances du peuple vietnamien, les marques de l'histoire récente, le rôle des français dans la colonisation du Vietnam, puis dans la guerre et la paix de notre peuple.

Alors que veulent dire ces étranges sculptures montrées plus haut ?

Pour comprendre, il faut faire un grand tour aux Etats-Unis et visiter... la Statue de Liberté !

Qui ne connaît pas la Statue de Liberté à l'entrée du port de New York ? Immense oeuvre en bronze du sculpteur Bartholdi sur une ossature métallique érigée par Gustave Eiffel. C'était un cadeau de la France aux Etats-Unis en 1886, à l'occasion de son 100è anniversaire de l'indépendance.
Cette statue est une œuvre extrêmement célèbre dans le monde, symbole à travers des siècles de ce qui est le plus cher à chacun de nous, la Liberté. Liberté de penser, de vivre, de voyager, liberté des individus, des sociétés, des peuples,.. Combien d'hommes et de femmes sont morts pour défendre la Liberté ?


Eh bien, DANH VO a réussi à trouver... en Chine, à Shanghai, des ouvriers spécialisés qui connaissent encore cette technique très spéciale de couverture de bronze pratiquée aux Etats-Unis pour modeler la Statue de la Liberté. Et il a fait réaliser une copie de cette colossale statue, à l'échelle 1/1. La copie a été réalisée pièce par pièce, et il y a eu, semble t-il, plus de soixante pièces.
Les sculptures que vous voyez exposées au Musée d'Art Moderne de la ville de Paris sont les pièces de la Statue de la Liberté de New York !

Si j'ai bien compris, voici le message de DANH VO :

Ohé, les gens, regardez donc ces morceaux de bronze laissés devant vous! Ce sont des morceaux de la Liberté ! Voilà ce que devient la Liberté, dans le monde où nous vivons aujourd'hui ! Ecartelée, déchirée en morceaux, jetée par terre !

Une photo de DANH VO :


Comment ce jeune homme, si jeune, a pu lancer au monde un message aussi énorme, aussi profond ? On peut chercher à comprendre en lisant l'histoire récente de notre peuple....

L'exposition de DANH VO a eu lieu, certes, au très célèbre Musée d'Art Moderne de la ville de Paris. Mais ce jour là, au moment où j'y étais, il n'y avait que quelques visiteurs, un vietnamien venu par hasard, deux jeunes filles qui pouffaient de rire car elles n'y comprenaient rien.

Le tire de l'exposition était : We The People (qui signifie «Nous le Peuple»). Ce sont les 3 premières mots de la constitution des États-Unis.

Les mots Go Mo Ni Ma Da signifient  God Morning MaDam, singeant la voix d'une jeune femme asiatique accueillant une visiteuse étrangère. Tout en DANH VO est mystérieux, mais lourd de sens quand on prend le temps de réfléchir...


DANH VO a exposé à : Kunsthall Bergen, Norvège (2006), Musée Stedlijk, Amsterdam, Pays-Bas (2008), Musée Stedlijk, Amsterdam, Pays-Bas (2008), Kunsthalle, Bâle, Suisse (2009), Le Musée d'Art moderne, New York (2009), Musée Kunst Staten, National Gallery of Denmark, Copenhague, Danemark (2010), Art Insitute de Chicago (2012-13), Kunsthaus Bregen, Autriche (2012), Biennale de Shanghai 2012, ...

ll a exposé au Musée GUGENHEIM à New York (2013) et y a obtenu le célèbre prix HUGO BOSS.

19 commentaires:

  1. Vive la curiosité qui t'a conduit là ! Une belle découverte, même si les explications sont nécessaires... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, les sculptures sont vraiment incomprehensibles !

      Supprimer
  2. J'ai failli tourner ta page en me disant : je n'ai pas le temps il y a trop à lire....et finalement j'ai lu, très très intéressant...et merci pour ce partage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je m'en rends compte, il faut que le raccourcisse ! Heureusement que tu as continué ! :-)
      Merci Cécile !

      Supprimer
  3. Quelle découverte ! Bravo et merci Binh An !

    RépondreSupprimer
  4. Passionnant comme un jeu de piste...ou une enquête policière.
    Je n'aurais jamais trouvé seule la signification de «good morning madam »
    Bisous émerveillés.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne l'ai as trouvée moi non plus! Pourtant je l'aurais dû ! Bisous et bonne fin de semaine !

      Supprimer
  5. Merci de partager avec nous cette découverte. C'est vraiment spécial! Bon week-end !

    RépondreSupprimer
  6. Message fort et désolant à la fois...le parcours de ce jeune homme est absolument admirable, merci de nous l'avoir raconté.
    Bon week-end Bihn An.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'artiste ne crée pas lui-même l'oeuvre d'art. IL se sert des objets ou ouvrages déjà crées pour véhiculer son message.
      Bon WE à toi !

      Supprimer
  7. Merci Binh An pour ton très intéressant billet et j'ai tout lu! Ta curiosité m'a bien aidée :-)
    Belle soirée et bon dimanche. Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai mis du temps. Rien qu'en regardant les sculptures, on ne comprends pas. On pense plutôt à une création abstraite !

      Supprimer
  8. C'est formidable de sortir de l'oubli une exposition que nous n'avons aucune chance de voir. Et ton texte aussi m'a intéressée. Le temps n'existe pas ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces morceaux de la Liberté sont exposés partout, dans plusieurs pays et musées. Aussi dans les lieux publics et jardins...Ceci dit, sans explication, on prend pour de l'abstrait !

      Supprimer
    2. Ariaga : que se passe t-il ? Je peux lire ton billet (Interrogeons nous), mais impossible de laisser un comm. Le site ne répond pas !
      BA

      Supprimer
  9. Merci cher An de nous faire découvrir cet artiste dont le message est fort ! Tu as été accompagné dans cette découverte par un guide invisible, c'est certain. Il est dommage qu'aucune documentation sur place n'explique le sens de cette œuvre si intense. Lumineuse journée à toi. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Brigitte ! Peut être que je n'ai pas assez cherché sur place. Ceci dit, j'ai l'impression que ce genre de message n'intéresse plus personne...

      Supprimer
  10. Quand la curiosité est un magnifique qualité! Bravo à toi et merci pour la découverte!

    RépondreSupprimer