samedi 18 février 2017

GRACE D’ANTAN (TRINH CONG SON)


Hors du Vietnam, le Japon est le pays où Trinh Cong Son (TCS) est le plus connu. La chanson « Grâce d’antan » (Diêm xua), a été traduite sous le titre de Utsukushii Mukashi, et présentée par Khanh Ly a l’exposition d’Osaka en 1970. Elle a été largement diffusée à travers le pays par la voix de Yoshimi Tendo, une célèbre chanteuse japonaise.
En Juillet 2004, Diem Xua a été la première œuvre de musique d’Asie sélectionnée par l’université de Kansai dans son programme d’enseignement de Culture et de Musique.


Les poèmes de TCS sont des successions d’images proposées à l’imagination du lecteur. Cette traduction n’est que ma modeste compréhension de l’oeuvre de TCS.

Diễm xưa
Trinh Cong Son

Mưa vẫn mưa bay trên tầng tháp cổ


Dài tay em mấy thuở mắt xanh xao

Nghe lá thu mưa reo mòn gót nhỏ

Đường dài hun hút cho mắt thêm sâu.
Mưa vẫn hay mưa trên hàng lá nhỏ

Buổi chiều ngồi ngóng những chuyến mưa qua
Trên bước chân em âm thầm lá đổ

Chợt hồn xanh buốt cho mình xót xa.

Chiều nay còn mưa sao em không lại
Nhớ mãi trong cơn đau vùi
Làm sao có nhau, hằn lên nỗi đau
Bước chân em xin về mau.



Mưa vẫn hay mưa cho đời biển động

Làm sao em biết bia đá không đau

Xin hãy cho mưa qua miền đất rộng

Để người phiêu lãng quên mình lãng du.


Xin hãy cho mưa qua miền đất rộng

Ngày sau sỏi đá cũng cần có nhau.
Grâce d’antan
traduction: Binh An

La pluie ne cessait pas sur le haut de la vieille chapelle,
Je me souviens de tes longs bras et de tes yeux verts pâles,
J’entends le bruissement des feuilles d’automne,
les gouttes d’eau lissant le chemin de tes pas menus,
Chemin sans fin plongeant dans tes yeux abîmes.
La pluie ne cessait pas sur la rangée des feuilles fragiles,
Soir après soir, je languis des trains de pluie passant,
Sur tes pas, les feuilles tombaient dans leur sombre silence,
Mon âme, de ma vie, soudain saisit tout le froid.

Ce soir, il pleut toujours, tu n’es pas venue pourquoi?
Dans nos douleurs enfouies, à jamais sont griffées nos souffrances de n’avoir pas su nous retrouver
et les fois tu demandais à rentrer tôt et tu as hâté le pas !

La pluie maintes fois rend la vie comme une mer en houle,
Comment peux-tu savoir que pierres et stèles ne souffrent pas ?
J’implore qu'on laisse la pluie traverser des zones de grandes plaines,
Pour que le vagabond oublie son désarroi
J’implore qu'on laisse la pluie traverser des zones de grandes plaines,
Pierres et cailloux auront bien besoin les uns des autres
Dans ce temps-là qui un jour viendra.



Chanté par Khanh Ly :


23 commentaires:

  1. Avec cette traduction
    nous nous rendons compte des liens étroits
    que votre civilisation entretient
    entre l'homme et la nature
    Ce que nous occidentaux nous avons perdu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'n Europe, vous avez des liens étroits avec la nature. La différence avec nous peut être est dans le fait que nous considérons la nature comme des êtres vivants, avec leur joie et peine, et avec qui nous partageons notre joie et peine.

      Supprimer
  2. Le texte de la chanson est très poétique et émouvant !
    Merci pour cette découverte ;-)
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Poétique et émouvant !"
      Quand c'est dit par toi, qui écris si bien !
      Merci pour lui. Bon WE, Célestine !

      Supprimer
  3. Que c'est beau, merci pour cette traduction, les paroles sont superbes! Bise, bon samedi tout doux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Maria-Lina ! J'aimerais tant que tu parles vietnamien ! Bon WE !

      Supprimer
  4. C'est superbe. On entendrait presque le bruit de la pluie dans les coeurs. Par contre je ne crois pas que ma prononciation se soit améliorée depuis ton précédent billet. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tout cas c'est le bruit de la pluie vietnamienne ! Merci et bon WE!

      Supprimer
  5. J'ai écouté avec plaisir la chanson mais surtout j'en ai lu les mots... Larmes et pluie ne font qu'un, souvent... très belles paroles... Merci mille fois!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Edmée, la Nature est amie, pour nous...

      Supprimer
  6. C'est très beau, j'aime beaucoup cette poésie qui nous dépayse totalement... Tu as transcrit donc là les caractères japonais ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai traduit du vietnamien. Le texte a aussi été traduit en japonais, je ne connais pas le japonais.

      Supprimer
  7. Suis très surprise d'entendre cette mélodie que je trouve très "européenne" J'aime le mariage musique /sensualité de la voix sur des paroles qu'hélas je ne comprends pas. C'est gentil de nous donner la traduction sans laquelle nous ne pourrions apprécier toute cette poésie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a un site international où les gens traduisent les paroles des chansons. Si tu veux traduire une chanson d'une langue dans une autre, tu donnes la vidéo et les paroles de la version originale et quelqu'un traduira pour toi. C'est possible pour toutes les langues car il y a des gens de tous les pays. Cependant il n'y a aucune garantie quant à l'exactitude des traductions.

      Supprimer
  8. Un grand merci Binh An, c'est avec bonheur que j'ai écouté Khanh Ly et les mots sont de toute beauté, très émouvant.
    Bon week-end avec mes amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Denise, suis ravi que ça te plait. Amitiés et bon WE à toi.

      Supprimer
  9. La Poésie permet de vivre la vie plus intensément.

    Merci Cher Binh AN !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Yanis! Je suis revenu plusieurs fois regarder ta photo du 12 Octobre. Exemple sublime de simplicité et de beauté!

      Supprimer
  10. La pluie, la mer houleuse, comme la vie...que tout cela est joli! Les feuilles mouillées qui collent à nos pieds bien plus que l'amour qui n'est pas venu.
    J'aime beaucoup la voix, douce, de Khanh Ly.
    Merci, merci pour la traduction, que la lune et les étoiles couronnent ta nuit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Colo ! La traduction donne du plaisir, pas vrai ? Bonne semaine à toi !

      Supprimer
  11. L'émotion que procurent un poème, une voix, une mélodie, est parfois intemporelle, et la langue n'a plus vraiment d'importance. L'essentiel est ailleurs, et touche au cœur...
    C'est magnifique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, La Baladine ! Pardonne moi pour cette réponse tardive.
      Oui, intemporelle, comme tu dis. Peut être aussi sans frontière, ...
      An

      Supprimer