mercredi 11 janvier 2017

LA LECON DU CAILLOU.

Il y a longtemps, je me suis inscrit, par hasard, à un stage d'été pour apprendre à… tailler dans la pierre ! J'ai dit au professeur, qui s’appelait Germaine, que je dessinais depuis toujours, mais que je n’ai jamais fait de la sculpture sur pierre. « Pas de problème, nous sommes tous des amateurs ! », m’a-t-elle répondu.


La veille du premier cour (qui se passait dans une ferme en pleine campagne), nous nous promenions au bord d’un ruisseau. J’ai vu de très jolis cailloux et en ramassais quelques-uns, pour les ramener à Paris. Germaine dit : « An, c’est magnifique un caillou! Pourquoi n’essaies-tu pas d’en sculpter un ? ». J’ai souri, pensant à une plaisanterie.

Le lendemain, en distribuant les thèmes, Germaine déclara devant tout le groupe :« An a souhaité sculpter un caillou. Je suis d’accord. An, tu commences par faire un petit modèle en terre chamottée. Après on taillera dans la pierre, pour de vrai !».
J'étais franchement vexé, mais ne pouvais pas faire autrement. J’allais dans un coin du jardin, avec tout le matériel, et un très beau caillou, et commençais mon travail.
Ce n’est qu'au bout d’une demie-heure que j'ai compris. Les choses n'étaient pas si simples. J’ai beau tourner ma sculpture dans tous les sens, j’ai beau tassé, raclé, lissé, caressé, lavé, vaporisé, ma sculpture restait obstinément un tas de terre informe, sans vie. Elle n’avait rien d’un caillou ! Je me suis arrêté, je regardais longtemps le caillou, fasciné, incapable de faire le moindre geste.
C’est alors que Germaine vint vers moi, avec une tasse de thé qu’elle m’offrait. Et elle me dit:

« An est très intelligent. Il a bien compris la leçon. Regarde le caillou ! C’est une œuvre de la nature, œuvre de l’eau, des vagues, du vent, du sable, du soleil et de la lune. Au début, il n’était qu’une masse grossière et laide. Mais le courant du ruisseau l’a tourné, retourné, lavé, caressé, taillé, poli. Le soleil l’a éduqué aux jours torrides, l’eau l’a éprouvé aux nuits glaciales. Tout en lui a abouti à cet état parfait que tu as devant les yeux. Tourne-le, touche-le, regarde-le, de face, de profil. Suis les dessins de ses veines, suis-les dans les trois dimensions. Sa forme est pleine, ses profils sont harmonieux. Il n’y a aucune cassure. Goûte les couleurs : les tons sont adoucis, ils se sont mariés. C’est la perfection de la perfection. Il est là quand tu n’es pas encore né, il sera encore là quand tu seras parti dans d'autres mondes. An, comment veux-tu, en quelques heures, en quelques jours, refaire l’oeuvre des millénaires de la Nature ? »

Je n’ai pas continué mon caillou. Je n’ai jamais oublié sa leçon.
Voici, trouvé sur la toile, une oeuvre du célèbre sculpteur Constantin Brancusi. Son titre est "Sculpture pour les aveugles" ! Sculpture pour les aveugles, c'est un titre terrible, presque cruel, quand on y réfléchit ! Brancusi était un merveilleux artiste, incompris par ses contemporains.


44 commentaires:

  1. cruel et beau à la fois ce titre
    les sculpture de Brancusi appellent inévitablement la main, il faut résister pour ne pas les caresser

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a à Paris un musée dédié à Brancusi. En fait, pas très visité !

      Supprimer
  2. Quelle belle leçon touchante... Bizarre comme titre mais fermer les yeux et la toucher, ressentir les énergies de cette pierre, ce doit être merveilleux! Bisou, bon mercredi dans la joie et la tendresse!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai plusieurs cailloux sur mon bureau. Très doux au toucher, aussi très doux à regarder ! Bonne soirée à toi!

      Supprimer
  3. c'est très sympa de partager ça avec nous car c'est vraiment toute la notion de création que tu nous narres...merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Réussir une photo est une vraie création, vu qu'on met tout son coeur... et toute sa tête dedans !

      Supprimer
  4. Tu aurais peut-être du continuer encore et encore et qui sait tu aurais peut-être trouvé la Pierre des alchimistes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, après un long chemin, le L'ai trouvée, cette Pierre, et j'ai entendu la voix toute étonnée d'Ariaga qui m'appelait: "Mais, Binh An, que fais-tu là ?"

      Supprimer
  5. Très belle leçon de vie, de modestie. La nature nous offre des merveilles et parfois nous pensons pouvoir faire aussi bien si ce n'est mieux en un rien de temps : Grossière erreur. Je pense que comme toi, j'aurais retenu la leçon de Germaine, en revanche comme disait Boileau "20 fois sur le métier j'aurais remis mon ouvrage" jusqu'à atteindre mon but.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gertrude Stein, qui a acheté de nombreux tableaux de Picasso, a accepté de poser pour un portrait. Picasso a répété 18 fois avant d'être content!
      Amitiés,
      An

      Supprimer
  6. Une belle leçon de patience. Peut-on jamais faire mieux que la nature?

    Et Brancusi, un tout grand maître.
    Je te recopie ceci d'un livre que j'ai sur lui (pardon, c'est un peu long mais je ne veux pas le couper):
    " C'est en taillant la pierre que l'on découvre l'esprit de la matière, sa propre mesure. La main pense et unit la pensée à la matière. C'est l'acte même du sculpteur face à un matériau dont la connaissance ne s'apprend que lentement, et réserve toujours un inattendu qu'il faudra résoudre sans pouvoir jamais rien ajouter, par seul retranchement. Il faut tailler et non blesser la pierre, trouver la solution devant l'apparition d'une veine ou d'une tache non prévue : il faut savoir lutter avec la pierre, la caresser, la polir, savoir avec angoisse comme avec joie, faire surgir la forme que l'on porte en soi, mais qu'elle peut aussi nous avoir inspiré selon sa texture, la forme même du bloc que l'on a choisi ou trouvé. »

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est absolument passionnant ce texte! Je vais le copier sur mon carnet perso. Merci beaucoup, Colo !
      (cet été là, je suis resté avec le groupe et j'ai dû taper plus d'un million de fois sur un gros morceau de pierre (3 tonnes!) pour réaliser ma sculpture !)

      Supprimer
  7. Merci An pour cet article, cette belle expérience

    j'aime caresser les cailloux, les galets, du regard, des mains du pinceau....

    http://jama.e-monsite.com/pages/mes-pages-de-septembre/dans-le-creux-de-ma-main.html

    http://jama.e-monsite.com/pages/des-galets/galet.html


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup tes deux poèmes, et aussi les comms de tes visiteurs. Je les relirai demain. Bonne nuit, Jamadrou.

      Supprimer
  8. Les cailloux ont une grande force symbolique. C'est pourquoi, pour sentir leur contact, j'en ramasse toujours quelques uns que je remets ensuite en liberté. Parfois quand même, j'en garde un que je ramène chez moi.
    Ton histoire est magnifique. On dirait un conte chinois.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...les remettre en liberté ? Ah, quel geste symbolique tu me dis. Il faut que j'y réfléchisse! Les bouddhistes achètent les oiseaux ou des poissons et les libèrent.

      Supprimer
  9. c'est tout l'art de l'art que de reproduire en un temps ce que la nature a pris le temps de créer ...
    amitié .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. y arrive t-on jamais, Marie-Claude ?
      Amitié,
      An

      Supprimer
  10. Ne pas passer à côté de cette belle "leçon " de sagesse.
    Tant d'oeuvres d'art éphémères ou pérennes que la nature sait nous offrir !
    J'ai toujours une pierre, un galet dans ma poche,comme un contact permanent avec la terre.
    Merci An, pour ton témoignage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grande leçon de modestie, Balaline !
      Il faut s'inspirer de la Nature et non essayer de la copier. Moi aussi, j'ai des galets sur mon bureau! Très Zen! Bonne journée!

      Supprimer
  11. il faut se contenter de les caresser... photodilettante

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Dilettante, j'ai traversé les grillages chez vous et je suis du côte du ciel bleu, peut être je peux y trouver des cailloux...

      Supprimer
  12. Ma fille un jour a trouvé un tout petit caillou, pas très joli, un peu de guingois, des angles, des arrondis, des saillies, un blanc de craie sale... Dessus, quelqu'un avait écrit: "ceci n'est plus un caillou ordinaire". Depuis, il nous a suivi partout, au gré de nos déménagements. Il est toujours là, à côté de moi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Baladine, C'est délicieux, non, chacun a son petit caillou! C'est une découverte pour moi....

      Supprimer
  13. J'ai toujours un caillou, souvenir d'un voyage lointain, dans ma poche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello FRANK,
      Un caillou dans la poche ! Voilà quelqu'un de bien ! :-)
      Bonne soirée,
      An

      Supprimer
  14. Peut-être qu'à première vue le titre "sculpture pour les aveugles" peut sembler cruel, mais au toucher, c'est un régal. L'aveugle verra de ses mains ce que toi tu as vu au prix de tous ces efforts pour rendre ce caillou plus parfait qu'il n'était. L'aveugle voit d'autres choses, et perçoit autrement.

    Bel article que celui-ci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh non, Edmée, j'ai compris autrement: cette définition s'adresse, à mon avis, aux spectateurs, qui ont des yeux ouverts, mais qui ne savent pas regarder une sculpture! Brancusi a été très mal compris de ses contemporains et il en souffre. Une de ses oeuvres, baptisée "le coq" a été arrêtée par la douane au port de New York, persuadée que c'était du métal précieux en contrebande.

      Supprimer
  15. Sculpture d'univers
    Le caillou c'est fait
    Un

    PS : connais tu le caillou lune ?
    http://parler-en-silence.eklablog.com/reflet-de-lune-a76016051

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis allé voir, mais j'ai le sentiment d'entrer dans un monde intemporelle, avec cette lune-caillou de couleur un peu étrange, et je me suis retiré doucement sans laisser de commentaire. Je reviendrai.

      Supprimer
  16. Une merveilleuse leçon en effet... mais ta sculpture pour les aveugles me touche aux larmes, car comment mieux capter les récepteurs sensoriels qu'en évoquant leur nécessité ? En voyant ce caillou et en s'imaginant aveugle, immédiatement on en sent toute la douceur, toute la rondeur voluptueusement au creux des mains... Et c'est cela la vie du sculpteur : c'est la sensation de la matière au creux de ses mains. La vocation de sculpteur est une vocation d'aveugle, il a ses yeux dans ses mains. Nous vivons trop avec nos yeux. Nous devons apprendre à vivre aussi avec nos autres organes sensoriels.

    RépondreSupprimer
  17. Ton comm me touche profondément. Merci Aloysia! Mais, comme j'ai dit à Edmée, j'ai encore une autre compréhension: le titre de Brancusi peut s'adresser, aussi, aux spectateurs, qui ont des yeux ouverts, mais qui ne savent pas regarder une sculpture! Brancusi a été très mal compris par ses contemporains et il en souffre. Une de ses oeuvres, baptisée "le coq" a été arrêtée par la douane au port de New York, persuadée que c'était du métal précieux en contrebande.

    RépondreSupprimer
  18. j'aime ramasser les cailloux sur la plage, les cailloux troués pour en faire des bidules, les cailloux pleins de toutes sortes pour les déposer ici et là , pour les semer sur mon chemin, pour les toucher, les regarder , les admirer...des petits trésors de la nature !
    Merci An pour ce partage.
    bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anda,merc! Je suis surpris et enchanté de savoir que mes visiteurs ont chacun une histoire personnelle de caillou !

      Supprimer
  19. Chaque galet a une histoire... La nature est un livre ouvert qui se déchiffre au rythme de l’intérêt que nous lui portons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, ABC-haiku ! Oui, chaque galet a une histoire, et ... chacun de nous a une histoire de caillou...
      Bonne journée à toi !

      Supprimer
  20. Quelle belle leçon de vie au travers ce caillou, j'ai adoré ton texte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Mireille ! Et si l'on colorie le caillou ? ou dessine dessus ?

      Supprimer
  21. Une bien belle leçon qui me va droit au cœur. Merci pour le partage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Nanegrub. J'aime beaucoup votre pseudo. Qui évoque pour moi un bouquet de fleurs.

      Supprimer
  22. Voilà, une nette différence entre le naturel et l'artificiel...
    Bonne soirée !
    Tahar

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont deux mondes. Peut être faut il voir les choses comme cela. Bonne journée à vous.

      Supprimer
  23. Moi aussi j'ai plein de cailloux... Un précieux préhistorique, et d'autres précieux simplement jolis. Et puis plein de coquillages aussi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Caillou préhistorique ? Je vais écrire un article pour toi sur ce thème.
      Que dis tu des coquillages ou cailloux dans la main d'un modèle ? Un caillou en soi est un nu parfait ! Là, la recherche de lumière est extrême !
      Amitié,
      An

      Supprimer